Un monastère médiéval déménagé à Miami

Pour William Randolph , acheter un monastère entier n’était pas vraiment exagéré. Il a acquis le St Bernard de Clairvaux, construit entre 1133 et 1141 à Sacramenia, près de Ségovie, dans le nord de l’Espagne.

Le magnat de la presse William Randolph Hearst (1863-1951) a été incroyablement riche pendant plusieurs années. Il a dépensé son argent dans tous les sens, achetant une propriété, des maisons et des œuvres d’art. il aimait particulièrement acheter, pas seulement des objets, mais des salles entières remplies d’objets, en incluant les bâtiments qui entouraient ces biens.

À San Francisco, vers 1925, il reçoit une cargaison de pierres médiévales. C’était là un monastère complet importé d’Europe. En 1929, la fortune de Hearst a beaucoup périclité et ce dernier a commencé à vendre ses collections encore plus rapidement qu’il les avait acquises. Ses deux plus grandes acquisitions, deux monastères entiers, n’ont pas été réassemblées de son vivant.

Hearst achète le cloître et plusieurs dépendances. Les pierres sont numérotées individuellement, puis expédiées vers l’Amérique dans 11 000 caisses. En raison des difficultés financières croissantes de Hearst et de sa perte d’intérêt pour le projet, les choses se sont vite enlisées, si bien que les caisses massives sont restées dans un entrepôt de Brooklyn pendant 26 ans. Un an après la mort de Hearst en 1952, l’étrange bien été acheté par deux entrepreneurs afin d’être utilisé en tant qu’attraction touristique.

Il a fallu 19 mois et l’équivalent de près de 20 millions de dollars (en billets d’aujourd’hui) pour reconstituer le monastère à Miami. En 1953, le magazine Time l’appelait « le plus grand casse-tête de l’histoire ».

Adresse : 16711 West Dixie Highway, North Miami Beach

Voici quatre autres constructions historiques à voir absolument

Le Don César, St Pete Beach

Souvent qualifié de « palais rose », le Don César est en quelque sorte une icône sur la côte du golfe du Mexique. Lors de sa construction en 1928, par l’architecte Henry H. Dupont, l’hôtel servait de terrain de jeu à l’élite, notamment à F. Scott Fitzgerald et Clarence Darrow, qui parcouraient les couloirs baroques et dansaient sur le sol en marbre.

Ca’ d’Zan, Sarasota

Ca’ d’Zan, un bâtiment gothique, était la résidence d’hiver du propriétaire de cirque américain John Ringling, collectionneur d’art, et de sa femme Mable. Amoureux de l’esthétique vénitienne, les Ringling ont choisi le site surplombant la baie de Sarasota, qui leur rappelle le lagon de leur ville préférée. Les points forts de la visite incluent la salle de jeux où le producteur de Broadway Flo Ziegfeld, le maire de New York Jimmy Walker et John Ringling ont pu jouer au poker ensemble. Cette visite de 45 minutes vous conduira dans les lieux privés du manoir.

Biltmore Hotel, Miami

Fondé en 1926, l’hôtel a été un lieu accueillant pour des défilés de mode de type glamour, des galas, des tournois de golf et des spectacles aquatiques dans ce qui était alors la plus grande piscine du monde. Au cours d’une soirée animée au 13e étage de l’hôtel, un gangster nommé Thomas « Fatty » » Walsh a été tué par un autre gangster. Ce meurtre a donné lieu à de nombreuses rumeurs de présence de fantômes au fil des ans.

The Breakers Hotel, Palm Beach

Lors d’un précédent voyage à Rome, Leonard Schultze avait admiré la Villa Medici (1575) et avait utilisé ce bâtiment comme base de la façade de The Breakers. Plus de 1 200 ouvriers ont travaillé 24 heures sur 24 sur The Breakers pour respecter la date d’ouverture. Soixante-douze artisans d’Italie ont été amenés pour compléter les magnifiques peintures des plafonds du hall d’entrée et des salles publiques du premier étage. Aujourd’hui, il reste l’un des rares centres de villégiature privés à ne pas appartenir à une chaîne.

Lors d’un précédent voyage à Rome, Leonard Schultze avait admiré la Villa Medici (1575) et avait utilisé ce bâtiment comme base de la façade de The Breakers. Plus de 1 200 ouvriers ont travaillé 24 heures sur 24 sur The Breakers pour respecter la date d’ouverture. Soixante-douze artisans d’Italie ont été amenés pour compléter les magnifiques peintures des plafonds du hall d’entrée et des salles publiques du premier étage. Aujourd’hui, il reste l’un des rares centres de villégiature privés à ne pas appartenir à une chaîne.

Photos
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/d/db/Cloisters_-Ancient_Spanish_Monastery-St._Bernard_de_Clairvaux_Church%2C_Florida-_20150110_131644.jpg
https://www.wheretraveler.com/sites/default/files/styles/wt17_promoted_large/public/14554127933_d13423d4c6_z_0.jpg?itok=_JB8UjHF&timestamp=1451415857
https://i0.wp.com/anatravels.org/wp-content/uploads/2012/08/11spanish-medieval-monastery.jpg
http://2.bp.blogspot.com/-v_ZCaZLYNYo/VituLLfDuhI/AAAAAAAA2j0/FSjHO-eeGWs/s1600/Hearst%2Bmonastery%2Bstones.jpg


Image - Sylvain Bolduc
Sylvain Bolduc